AccueilCalendrierFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le port d'Yasu Kamaro [clos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Han Main d'Or

Profession(s) :
  • Artiste

Localisation : Sikaiddo

Litang : 1327
Messages : 81
Date d'inscription : 17/05/2011
MessageSujet: Le port d'Yasu Kamaro [clos]   Ven 20 Mai - 17:26

Précédemment:
 

Situé non loin des territoires de Hong Tsao, Yasu Kamaro est le petit mais riche port franc d'où partent tous les navires de Hong Tsao à destination de Sikaiddo. Techniquement sous la juridiction de l'ancienne cité impériale, le peuple d'Yasu Kamaro se considère comme indépendant. La populace hait les magiciens, et n'aime guère la caste des guerriers. En fait, elle se constitue essentiellement de marchands, d'artisans, de marins, de mercenaires, de pêcheurs, de forestiers et de mendiants. La délinquance est élevée, mais à ce qu'on sait, elle n'est pas le fait d'une quelconque organisation criminelle. Les autorités tolère donc ces faits isolés et sans réelle gravité, tant que leurs auteurs ne sont pas pris sur le fait.

C'est donc dans cette ville qu'arriva Tsuntamari Han, après avoir marché pendant deux jours dans les bois, plein de crainte à l'idée d'être repris par ses poursuivants, avec l'idée d'embarquer le plus vite possible pour Sokaiddo. Le temps n'était plus à la tempête, et seule la pluie battait à présent : le tonnerre et les vents s'étaient tus. Les navires, qui avaient été paralysés pendant environ quatre journées, pouvaient maintenant repartir pour leur destination unique.

Le peintre acheta pour trois Litang de quoi manger pour les jours de traversée : il voulait partir dès maintenant. Il trouverait bien un capitaine de navire qui voudrait bien le prendre à bord en échange de quelques sous.

Il prit donc la direction des quais, que lui indiqua un mendiant après avoir reçu une pièce, et chercha du regard un navire marchand. Pour un peu, il pourrait se faire passer pour un mercenaire, même si ceux-ci travaillait le plus souvent en groupe. Il repéra sa chance. Un homme, visiblement négociant, vues les caisses que des porte-faits chargeaient sur son navire, regardait les nuages vomissant des trombes d'eau avec inquiétude.

Han s'approcha avec assurance, et s'adressa à lui.


- Puis-je vous aider ?

- Si vous pouvez chasser ces nuages, et préserver mon bateau des intempéries, oui. Sinon, non. Qu'est-ce que vous voulez ?

- M'embarquer pour Sikaiddo.

- Alors dégagez !

- Attendez ! Pour ce qui est des intempéries, je peux vous aider. Et j'ai de quoi payer.

- Alors c'est dix Litang. Pas moins.

- Si vous voulez mon aide, c'est cinq, pas plus.

- Si votre vie est en danger et que vous pouvez vraiment nous la procurer, cette aide, vous le ferez de toute façon. C'est dix, j'ai dit. Ça comprend mon silence : je ne dirai pas que vous avez des pouvoirs surnaturels. Et si vous n'en avez pas, c'est dix puisque vous ne pouvez pas m'aider.

- Sept, et je mets mon arme à votre service.

- Je veux bien descendre à neuf, mais pas un sou de moins. Sinon, allez chercher ailleurs.

- Marché conclu.

Han déboursa les neuf Litang, et embarqua. On lui assigna un hamac dans le dortoir des marins, on finit de mettre les caisses de marchandises à bord, et on largua les amarres. Il partait pour Sikaiddo.

Sur le pont, il regarda le quai s'éloigner. Alors que ses yeux erraient, il croisa un regard de fer.


*Tuez les autres...*

L'assassin le pointa du doigt, et quatre de ses sbires apparurent derrière lui. Han l'avait échappé belle. Mais il ne craignait que son arrivée à Sikaiddo ne soit attendue. Il lui faudrait être très prudent.

Suite:
 
Revenir en haut Aller en bas
 

Le port d'Yasu Kamaro [clos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pays de Wa :: Extérieur :: Forêts-